8 mai 2008 - - - > Retour à l'école - (Collection J-C Demais)

Noms des anciens élèves en allant de la gauche vers la droite et du haut vers le bas.

3ème rang : - 1 J.Claude MANGANI - 2 René FALZON - 3 François LOFFREDO - 4 Georges CHETCUTI - 5 Frère André BRISSINGER - 6 William SERVAT - 7 Gaëtan PAPPALARDO - 8 Marc RAFFIN - 9 Gildas BOUSSEFFA
2ème rang : - 1 Henri JOURDON - 2 Chedli OUERTANI - 3 Claude PATTI - 4 Jean RENNUIT - 5 Alain TRON - 6 Claude TRON - 7 Francois MACCOTTA - 8 Alain BELUET - 9 Aldo CERRUTO - 10 Gérard OCCHIPINTI.
1er rang : 1 Abderhaman BACCOUCHE - 2 Alain MUSCAT - 3 J.Paul REISER - 4 Pierre CASSAR - 5 J.Marc FIEVE - 6 Claude PAPPALARDO - 7 J.Pierre COUTURIER - 8 J.Claude DEMAIS - 9 Yaya ZAHEG - 10 Bernard TREMSAL - 11 Habib LADJIMI - 12 Georges LOPEZ

Assis devant: Xavier ANCONA

 

Quand les anciens de "l'Institution Ste Marie" de Tunis se retrouvent…50 ans après

.Deux titres dans la presse nationale tunisienne de ces dernières semaines. LA PRESSE, c'est aussi le titre du principal quotidien en langue française édité en Tunisie. Le 1er de ces titres :" Les maristons de Tunis, 50 ans plus tard " informe les lecteurs qu'une 40aine d'anciens élèves viennent de faire un pèlerinage à Tunis, et plus spécialement dans l'établissement scolaire où ils ont usé leur fond de culotte dans les années 1950-60. Beaucoup d'entre résident maintenant en France, d'autres, moins nombreux, en Italie ou à Malte, plusieurs en Tunisie.
Grâce à internet, à l'initiative de tel ou tel de ces jeunes retraités, ils ont résolu de se retrouver à l'endroit même de leur enfance et de leur adolescence, là ils ont noué des liens comme tout potache, surtout quand ils étaient internes, et beaucoup l'étaient parce que leurs parents habitaient à Béja, à Métlaoui, à Siliana ou à Mateur. La plupart sont rentrés en France au moment de l'indépendance, en 1956, ou au cours des années qui ont immédiatement suivi. Beaucoup se sont installés dans le midi et, à l'initiative de l'un d'eux, Pierre Cassar, (promotion des élèves nés autour de 1940), une 60 aine d'anciens camarades s'étaient retrouvés, il y a quelques mois, dans une hostellerie de Chateauneuf-du-Pape. Ils venaient de diverses régions de France et même de Grande-Bretagne; de Suisse, d'Italie et de …Tunisie. Pour la plupart d'entre eux, ils ne s'étaient pas revus depuis 1957 ou 58.
A la suite de ces retrouvailles, une idée a pris forme: pourquoi ne pas se rencontrer à nouveau, cette fois à Tunis, pour revoir l'établissement qui les avait réunis pour la 1ère fois et revoir ceux de Tunis qui étaient restés sur place ?
L'idée a séduit et voici que, au cours de ces premiers jours de mai, une 40aine des ces anciens camarades de classe a repris le chemin de l'école sur lequel ils ont rencontré un certain nombre de leurs anciens condisciples tunisiens: je n'en citerai que 3: Radjah Ezzedine, qui fut le 1er pilote de la compagnie Tunisair, Nouri Yaya Zaheg, un des organisateurs (et quel organisateur!) du séjour des pèlerins en Tunisie, Xavier Ancona qui habite à Tunis même, près de la place Pasteur.
Un des moments forts fut la soirée passée à l'école, le jeudi 8 mai. Cette fois-ci dans son édition du 19 mai, le journaliste intitule son papier "le retour des potaches". Les voici, les potaches, rajeunis de 50 ans, parfois même un peu plus et, transportés en arrière, ils se retrouvent avec une émotion mal contenue dans la cour des grands et ils retrouvent en même temps, comme par enchantement, leur comportement de potache, ils chahutent, ils s'interpellent, ils se bousculent, ils s'embrassent en pleurant, (n'est-ce pas, Chedli, Abderhamane, Habib…) Les dames sont étonnées de voir leur mari embrasser leurs copains d'alors avec force tapes dans la dos et les yeux embués. Oui, moment d'émotion intense aussi quand un ancien élève, de sa voix bien timbrée entonne un cantique à la Vierge. Claude Patti, le Sarde est tout heureux de faire sonner à toute volée la cloche qui ponctuait et continue à sonner le début et la fin de la récré. Et puis, soudain, à l'invitation de Morand, le directeur de l'école jusqu'au mois de septembre dernier, on se hâte de "rentrer en classe", (réflexe de Pavlov, au son de la cloche?) on retrouve les bancs d'autrefois, régulièrement repeints, le tableau noir devenu vert où l'on s'empresse d'écrire "Vive les Maristons!", on repère sa place, on se souvient de tel ou tel prof, on découvre la salle informatique, l'espace audio-visuel qui était autrefois le chœur de la chapelle où beaucoup ont fait leur leur communion, on évoque les maîtres aujourd'hui disparus: le P. Chazotte, le P. Calvet, l'abbé Maurel, l'abbé Michel, Melles Grammatico, Voisin…et tant d'autres !
L'heure avance. Le programme est chargé, l'horaire serré et les organisateurs ne veulent pas prendre du retard. Cependant, Claude Patti sonne encore une fois la cloche et entonne le chant des adieux que reprennent les voix mâles des potaches redevenus sérieux.
A quand la prochaine rencontre? En tout cas, merci aux organisateurs de ces moments émouvants de retrouvailles

André Brissinger


  Suite

Maristes - Tunis - Tunisie